Pages

vendredi 9 juin 2017

Les faucons pèlerins de l'Échangeur Turcot autorisés à poursuivre leur nidification moyennant une modification de leur nid

À l'automne dernier ainsi qu'au début de l'année, des mesures avaient été prises pour décourager les faucons pèlerins de nicher sous la structure de l'Échangeur Turcot en raison des travaux que l'on connait. Ces mesures consistaient essentiellement à obturer les endroits qui pourraient être utilisés pour nicher. Parallèlement 2 nichoirs avaient été mis à leur disposition, l'un sur une cheminée du centre Gadbois, l'autre sur l'ancien pensionnat Cote-Saint-Paul sur la  rue de l'Église. Voir cet article pour plus de détails.

Malgré ces mesures, les faucons avaient réussi à trouver un endroit où nicher au-dessus de la voie en direction Est de la rue Saint-Patrick. Le 26 avril j'avais pu observer des signes qui suggéraient que les faucons couvaient des œufs.

À partir de là se posait la question de savoir si les faucons seraient autorisés à poursuivre leur nidification ou s'ils seraient délogés (dans ce scénario, les œufs auraient probablement été placés en couveuse et les fauconneaux confiés à des parents adoptifs avant d'être possiblement relâchés; l'UQROP en particulier a les capacités pour réaliser cela).

Le 18 mai une intervention au niveau du nid est rapportée par Richard Dupuis sur la page de Faucons de l'UdeM. J'avais interprété cette intervention comme un indice que la décision avait été prise de déloger les faucons.

Un autre indice en ce sens était le signalement le dimanche 21 mai d'un couple de faucons pèlerins sur une corniche d'une église voisine. Après vérification toutefois, il est apparu que le couple de faucon était en fait des crécerelles d'Amérique. Un faucon émerillon a également fait une escale sur le clocher de l'église pendant ma visite.

Le 22 mai, à ma grande surprise, Éric Gingras - un des biologistes qui travaille pour le Projet Turcot - m'informe que "Le couple et les œufs restent là cette année".

Étrangement et malgré l'intervention inhabituelle du 18 mai, il ne m'était jamais passé à l'esprit que le nid avait pu être modifié. Lors de mes observations subséquentes j'avais bien remarqué une sorte d'isolant mais je m'étais dit que c'était là depuis le début et que je ne l'avais tout simplement pas remarqué plus tôt. Mais lorsque Cuauhtémoc Avilés m'a interrogé sur la mousse qui d'après lui avait été ajouté récemment, j'ai tout de suite compris de quoi il parlait et compris mon erreur. De retour chez moi, un examen de mes photos a confirmé la chose.

Les 2 photos  ci-dessous montrent les modifications intervenues entre le 17 mai (la veille de l'intervention) et le 31 mai:
Photo prise le 17 mai


Photo prise le 31 mai

J'ai eu peu de réponse à mes nombreuses questions depuis que j'ai découvert ces modifications le 7 juin au soir. Il est vrai qu'il ne s'est pas écoulé beaucoup de temps.
  • Quand ces travaux ont-ils été effectués? Très vraisemblablement lors de l'intervention du 18 mai. 
  • D'autres modifications non visibles ont-elles été effectuées ? À moins de trouver un sens à l'ajout du matériau on peut imaginer que oui.
  • Quelle est la raison de ces travaux ? Une première idée qui passe par la tête est que le matériau a été installé pour empêcher les œufs de tomber. Si cela était le cas, l'intention était bonne mais ça n'en resterait pas moins une importante modification dans l'environnement immédiat du nid des faucons, et donc une source potentielle de stress pour eux. On pourrait aussi argumenter que si les faucons ont choisi cet endroit, ils devraient assumer les risques qui vont avec et par conséquent choisir de "laisser faire la nature". Mais ce qui me fait douter que ce matériau a été ajouté pour cette raison, c'est que dans le peu d'explication que j'ai reçu, cette raison n'est pas avancée. Il est plutôt fait référence vaguement à des "travaux prévus".
  • Est-il vrai que le nid se trouve dans le secteur de B sur la deuxième photo? Si oui le dérangement me parait encore plus important que s'il avait été en A puisque dans la nature les faucons nichent généralement près du bord de la falaise de façon à surveiller leur environnement.  Boucher en grande partie l'ouverture revient d'une certaine façon à reculer le nid dans la falaise. L'ajout du matériau a probablement aussi un impact sur la circulation d'air et l'humidité.   

J'ajoute que d'après mes informations, la décision sur les faucons pèlerins a fait l'objet de longues discussions auprès des ministères concernés et on peut imaginer que toutes les parties ont du faire des compromis. Toujours d'après mes sources, l'intervention dont je fais état ici a été approuvée par le MFFP (le ministère de la faune) et les faucons pèlerins auraient continué à fréquenter le nid dans les jours suivant l'intervention.

dimanche 4 juin 2017

Au moins 1 fauconneau au Pont Champlain

Pour une troisième année de suite, les faucons pèlerins du Pont Champlain ont adopté le nichoir installé sur le versant sud du pilier sud de la Voie Maritime pour nidifier.

Le 2 juin lors de ma visite, la famille comptait au moins un fauconneau comme le montre cette photo prise peu après midi:


Dans la vidéo ci-dessous qui regroupe des séquences filmées entre 12h15 et 15h on voit le fauconneau commencer déjà à battre des ailes. Par ailleurs la dernière séquence suggère qu'il y a au moins 2 fauconneaux mais cela devra être confirmé par d'autres observations. La vidéo montre également le passage inattendu d'une grande aigrette entre la caméra et le nichoir! (je ne me souviens pas avoir déjà vu cet oiseau lors de mes observations des années passées; elles étaient 2).



Ces observations ont été faites depuis la piste cyclable La Riveraine à l'endroit où cette piste s'interrompt à cause du chantier de construction du nouveau pont Champlain (côté Est). Le nichoir de faucon pèlerin est situé à environ 600 mètres. J'étais sur place de 12h15 à 16h.

L'adulte (vraisemblablement la femelle) a passé l'essentiel du temps sur la perche du nichoir tel que montré dans la vidéo. Il a aussi passé quelques minutes à l'intérieur du nichoir, possiblement pour nourrir le ou les fauconneaux. Malgré mes efforts je n'ai pas réussi à repérer le 2ième adulte (les endroits que j'ai examinés incluent les sommets de pylône électrique, les pointes du pont, le dessus du pilier du nid ainsi que le suivant dans la direction sud).

L'an dernier la famille comptait 3 fauconneaux. Le dernier fauconneau s'était envolé le 30 juin. Comme les années précédentes, le nid est suivi par les biologistes de Services Environnementaux Faucon.

Ce couple de faucon pèlerin a récemment fait parler d'eux dans les médias à propos de leur futur déménagement vers le nouveau pont Champlain, avec notamment un article détaillé du Devoir le 29 avril et des articles plus courts du Courrier du Sud et du journal Métro, tous deux datés du 8 mai.

mercredi 31 mai 2017

Au moins 2 fauconneaux à la Tour de la Bourse

2 fauconneaux étaient visibles en fin d'après-midi à l'étage où se trouve le nid de faucon pèlerin à la Tour de la Bourse. Lorsque j'ai quitté, plusieurs signes suggéraient que le repas allait être servi à l'autre extrémité de la façade. Les adultes avaient significativement élargi le périmètre de défense pour l'occasion: l'immeuble AON ainsi que le 1000 de la Gauchetière ont en particulier été utilisés comme perchoir.  Par ailleurs 2 corneilles ont été avertis alors qu'elles se trouvaient pourtant de l'autre côté du boulevard Robert-Bourassa.

Les fauconneaux

Lorsque je suis arrivé à 18h15, la position des adultes suggérait qu'il y avait eu des changements par rapport à mes précédentes visites: un adulte était perché sur le N du signe AON de l'immeuble du même nom (une première pour 2017) tandis que l'autre était perché sur la tour de la Bourse mais plus loin du nid que les autres fois. Ce n'est sans doute pas un hasard que j'ai découvert les 2 fauconneaux tout près de l'endroit où se tenait ce 2ième adulte.

La tête d'un fauconneau est visible dans la partie droite de la photo suivante prise à 19h:
Dans la partie centrale de la photo, la fine bande blanche s'est révélée quelques minutes plus tard être le sommet de la tête d'un 2ième fauconneau! On peut le voir par exemple sur cette photo prise 4 minutes plus tard:

Les 2 photos précédentes sont en fait des agrandissements. Voici l'original de la première photo qui permet de situer un peu mieux où se trouvent les fauconneaux:
La façade est celle qui donne sur la rue Saint-Jacques. La Tour de la Bourse est reconnaissable de loin grâce à ses étages techniques qui divisent la tour en 3 parties: les faucons se trouvent sur l'étage technique le plus haut. Le nid est présumé être au coin de la façade de la rue Saint-Jacques et celle du boulevard Henri-Bourassa.

Plusieurs photos montrent les 2 fauconneaux. En revanche sur certaines photos l'un ou l'autre a momentanément disparu, ce qui suggère que les fauconneaux étaient en mouvement.


Un nouveau perchoir pour les adultes

Comme les années précédentes, un adulte surveillait les alentours depuis le sigle AON de la tour AON. Un individu était présent à cet endroit de 18h15 à 18h49.

Mais la nouveauté de cette année, c'est l'utilisation du 1000 de la Gauchetière:


Bien entendu les adultes surveillaient aussi les environs du haut des airs:

Un repas à l'autre extrémité de la façade?

Les fauconneaux ont possiblement du avoir à traverser presque toute une façade pour manger ce soir...

À 19h01, un adulte se pose près du coin des façades de la rue Saint-Jacques et du Square-Victoria. Il a approché la tour en battant frénétiquement des ailes comme s'il était gêné par une proie.

Les 2 adultes étaient dans ce secteur vers 19h20. L'un d'eux semblait avoir une posture différente sur chacune des photos: était-il en train de nourrir les fauconneaux? Une vidéo aurait peut-être pu trancher la question mais malheureusement je n'avais pas amené le trépied.

Et finalement les fauconneaux avaient disparu de l'endroit où je les avais vus vers 19h.

L'an dernier j'avais pu observer 3 fauconneaux à l'occasion d'un repas approximativement au même endroit. C'était une semaine plus tard, le 8 juin. Le 31 mai est maintenant la nouvelle date à battre pour l'observation de fauconneaux sur la tour de la Bourse...


mardi 16 mai 2017

Mystérieuse interaction entre 2 faucons pèlerins dans le quartier Chabanel

À ce temps-ci de l'année, lorsque 2 faucons pèlerins interagissent, il s'agit généralement soit d'un couple nicheur, soit de 2 rivaux. L'interaction que j'ai observé jeudi au 555 Chabanel ne semblait pas être de l'un de ces types. Il pourrait s'agir de la curiosité d'un des faucons par rapport à l'autre, possible prélude à la formation d'un nouveau couple. Malheureusement malgré les 5 heures passées par un des faucons pèlerins sur le même perchoir, plusieurs tentatives de le revoir sur ce perchoir ont été infructueuses.

Prélude

En me rendant à ma pratique de bridge jeudi 11 mai vers midi, je remarque un oiseau solitaire sur le point le plus élevé du bâtiment de TD Assurances au bord de la Métropolitaine au niveau du boulevard Saint-Laurent. À première vue il s'agit d'un pigeon mais par précaution je le photographie: je constate alors qu'il s'agit d'un faucon pèlerin.



Le faucon a exploré maladroitement plusieurs perchoirs dans un rayon de 1 ou 2 mètres, ce qui donnait l'impression qu'il n'était pas familier avec cet endroit. Il s'est ensuite envolé approximativement dans l'axe du boulevard Saint-Laurent en direction nord. L'observation a duré 7 minutes. Le faucon n'était apparemment pas bagué.


2 faucons pèlerins au 555 Chabanel

En rentrant chez moi après la pratique de bridge, je remarque une excroissance blanche sur un des 5 de l'enseigne du 555 Chabanel. Je soupçonne un équipement quelconque mais la photo montre qu'il s'agit plutôt de la poitrine d'un faucon pèlerin. Comme cet endroit est au nord de la Métropolitaine je suis alors convaincu que j'ai retrouvé le faucon vu plus tôt. Il est 15h43.

Zoom sur le 555 et le faucon pèlerin

Comme mon emploi du temps me le permettait j'ai décidé de surveiller le faucon pendant quelques temps dans l'espoir de découvrir où il irait ensuite.

Première visite à 16h21

À ma grande surprise, j'assiste à 16h21 à l'arrivée d'un autre faucon pèlerin qui se pose sur le toit du même immeuble, au coin Chabanel/Meilleur. L'arrivant venait de la direction de la Métropolitaine. Je n'ai remarqué aucune réaction du faucon perché sur le 5.

Visiteur ou visiteuse, 16h21

Emplacement des 2 faucons pèlerins, le visiteur est B

Le visiteur s'est envolé 12 minutes plus tard à 16h33. Son départ a provoqué de fortes vocalises provenant apparemment du faucon perché, comme s'il venait juste de prendre conscience de la présence du visiteur. Le visiteur est reparti dans la direction d'où il était venu, c'est-à-dire vers la Métropolitaine.

Évidemment cette visite avait changé mes plans. J'ai décidé de rester le temps qu'il faudrait pour tenter de comprendre ce qui se passait là...

Une autre visite à 17h55

À 17h55 un faucon pèlerin arrive à son tour dans le secteur du 555 Chabanel mais en venant de la direction opposée à celle du 1er visiteur. Il est évidemment impossible de savoir s'il s'agissait du même visiteur ou d'un autre individu. Cependant ce faucon avait un comportement plus déterminé que le 1er visiteur: il a volé droit vers l'enseigne où était toujours perché le premier faucon, avec l'intention assez évidente de vouloir s'y percher. Le faucon perché a réagi très vocalement, ce qui a dissuadé le visiteur de le rejoindre. Le visiteur a contourné le bâtiment par la façade nord et je l'ai perdu de vue. Le tout a duré moins de 2 minutes.

Toujours présent à 20h32

Le faucon perché sur le 555 était toujours présent sur l'enseigne à 20h32. Il n'a pas quitté ce perchoir depuis 15h43, moment où je l'avais découvert.


Quelques autres observations

D'autres observations ont été faites dans ce secteur dernièrement. Je mentionne aussi ici mes tentatives infructueuses de revoir le faucon du 555 Chabanel.
  • Claudia Siano et Raymond Ladurantaye ont signalé sur eBird avoir observé un faucon pèlerin à l'intersection de la Métropolitaine et du boulevard de l'Acadie le 14 avril à 17h50. Cet endroit est situé à 850 mètres du 555 Chabanel.
  • Alors que je surveillais le faucon pèlerin sur le 555 Chabanel, un agent de la sécurité du Marché Central en patrouille automobile s'est arrêté à ma hauteur pour s'enquérir de ce que je faisais. Je lui ai montré le faucon pèlerin. Il m'a indiqué en retour avoir observé récemment un faucon pèlerin en vol se faire harceler par 2 corneilles près du Tim Hortons situé à l'intersection de Chabanel et du boulevard de l'Acadie (500 mètres à l'ouest du 555 Chabanel).
  • Le samedi 13 mai, 2 jours après mon observation, je suis revenu dans ce secteur pour tenter de retrouver le faucon pèlerin. À 8h18, alors que j'enregistrais un message indiquant qu'il n'y avait aucun faucon pèlerin sur l'enseigne, un individu est passé en vol sous l'enseigne, a viré sur Chabanel et s'est éloigné en direction du boulevard Saint-Laurent. Il a décrit des cercles pendant quelques instants à mi-chemin entre la rue Meilleur et le boulevard Saint-Laurent, avant de poursuivre sa route vers le boulevard Saint-Laurent qu'il a probablement atteint (ou dépassé) avant que je le perde de vue.
  • En revanche aucun faucon pèlerin n'était perché sur l'enseigne du 555 Chabanel de 18h45 à 20h30 le 13 mai, ni de 17h30 à 18h30 le 15 mai, ni à 20h08 le 15 mai.

Discussions

Aucune hypothèse ne peut être totalement écartée à ce stade, quoique certaines sont moins probables que d'autres.

S'agissait-il d'un couple et si oui y a-t-il un nid à proximité ?

La première visite de 16h21 peut possiblement s'expliquer par un faucon venu voir si son partenaire avait besoin de lui, et qui, constatant que ce n'était pas le cas, est reparti chasser ou vaquer à d'autres occupations. Par ailleurs les faucons pèlerins nichent parfois sur des enseignes (je crois que c'était le cas à Québec sur une enseigne de l'hôtel Delta mais il faudrait que je vérifie). Cependant l'enseigne du 555 ne semble pas assez large pour qu'un faucon pèlerin y passe inaperçu. Le fait que je n'ai pas revu de faucon à cet endroit les 13 et 15 mai rend donc peu probable qu'il y ait un nid là. Par ailleurs lors de la 2ième visite du 11 mai, le faucon aurait sans doute été plus agressif vis-à-vis de ce qui aurait probablement été un(e) intrus(e) s'il y avait eu un nid.

S'agissait-il de rivaux ?

Dans ce scénario le faucon perché serait sur le territoire d'un couple et les visites auraient pour but de le chasser. Ce scénario est très peu probable. Lors de la 2ième visite, le visiteur pouvait possiblement avoir pour intention de déloger le faucon perché mais dans ce cas il aurait été plus insistant. Lors de la première visite il n'y avait aucune agressivité de la part du visiteur (nb: j'emploie le masculin par défaut dans cet article).

Une tentative de rapprochement alors?

Par défaut, c'est l'hypothèse que je privilégie. La 2ième visite en particulier évoque ce qui s'était passé en avril 2013 quand une jeune femelle s'était posée à côté de Roger, qui était alors le mâle de l'Université de Montréal: voir les excellentes photos prises par Eve Belisle.  La différence est que le faucon du 555 Chabanel a immédiatement fermé la porte par ses vocalisations. La première visite peut aussi s'interpréter dans ce cadre, le faucon se posant à proximité du faucon qui l'intéresse mais pas trop près.

À l'Université de Montréal, Roger avait repoussé la jeune femelle parce qu'il était déjà en couple. Pourquoi le faucon du 555 Chabanel aurait-il repoussé le ou la visiteuse ? On peut imaginer quantité de raisons: il était peut-être en couple lui aussi mais dans ce cas on peut se demander où était son/sa partenaire; il était peut-être trop âgé ou blessé pour être intéressé à se reproduire, ou tout simplement pas intéressé.

Y-a-t-il un lien avec ce qui se passe à l'Université de Montréal?

L'Université de Montréal est située à 5km au nord-ouest du 555 Chabanel. C'est une distance qu'un faucon pèlerin peut facilement parcourir.

Actuellement la femelle Eve - qui avait niché en 2016 à l'Incinérateur des Carrières - n'a pas de mâle puisque Éole est occupé à l'Université de Montréal.  C'est cette même femelle qui est soupçonnée d'avoir été impliquée dans la bataille du 26 avril dans le nichoir de l'Université de Montréal (article à venir). Il semble que dans les jours qui ont suivi cette bataille Eve soit devenue plus discrète dans le secteur de l'Université de Montréal, mais si elle est encore en vie elle n'a certainement pas renoncé à se reproduire. Si le visiteur était une femelle et le faucon perché sur le 555 un mâle, il n'est donc pas impossible que la femelle était Eve.

ll y a une autre observation qui appuie légèrement cette hypothèse. Le 8 avril vers 19h j'ai remarqué un faucon pèlerin sur le clocher de l'église Sainte-Madeleine d'Outremont. Il s'agit d'un endroit qui est associé à Eve et qui semble utilisé principalement pour dormir. Mais à ma grande surprise le faucon s'est envolé quelques minutes après le coucher du soleil. La direction de départ m'avait aussi étonné (quoique en 2016 j'avais déjà remarqué un départ dans cette direction). Cette direction est approximativement celle du Marché Central. L'église Sainte-Madeleine d'Outremont est située à 3.8km du 555 Chabanel.

Faucon pèlerin à l'église Sainte-Madeleine d'Outremont, 8 avril 2017

Qu'est-il advenu du faucon du 555 Chabanel?

Le fait que le faucon était toujours présent sur l'enseigne après 20h30 le 11 mai pouvait laisser penser qu'il passerait la nuit à cet endroit, bien qu'il ne s'agissait pas d'un endroit très sécuritaire (en particulier il aurait été assez vulnérable à une attaque d'un hibou grand-duc). Dans ce cas on aurait pu s'attendre à le revoir les soirs suivants. Or je ne l'ai pas revu en fin de journée les 13 et 15 mai. Fréquente-t-il toujours cet endroit durant la journée? Si oui j'espère que sa présence sera signalée. Mais le fait qu'il ait été importuné à au moins 2 reprises pourrait aussi l'avoir incité à déménager.

Appel à observations

Si vous apercevez un faucon pèlerin  dans ce secteur (pas juste au 555 Chabanel), je serais intéressé à le savoir. Vous pouvez m'envoyer un courriel à l'adresse  falcourbanis@gmail.com ou laisser un message sur ma page Facebook ou dans ce blogue. Merci d'avance!


 



dimanche 30 avril 2017

Très probablement des œufs chez les faucons pèlerins de l'Échangeur Turcot

L'endroit situé au-dessus de la rue Saint-Patrick que j'avais identifié dans cet article semble maintenant occupé en permanence par les faucons pèlerins. À défaut de voir le nid directement, une occupation quasi-permanente est la meilleure indication que l'on puisse avoir de la présence d’œufs. Ma conclusion est basée sur 2 observations faites les 26 et 28 avril respectivement.

Observations du 26 avril 

Quand je suis arrivé à 16h30, Polly était perchée sur un pilier. Elle semblait seule. Une heure plus tard elle était toujours à la même place.

J'ai commencé à filmer le nid en continu à partir de 17h43. À 18h24 Polly rejoint le nid. 2 minutes plus tard et après de fortes vocalises, Algo apparait du fond du nid et s'envole. Polly disparait alors à son tour au fond du nid. Elle n'était toujours pas ressortie à 18h42 quand l'observation a été interrompue en raison des évènements de l'Université de Montréal (bataille au nichoir, article à venir). Grâce à la surveillance vidéo du nid je peux affirmer que le mâle était au nid pendant au moins 45 minutes. Cette durée est probablement bien supérieure.

La vidéo ci-dessous montre le relai de 18h24 entre Algo et Polly.

Relai au nid du 26 avril


Observations du 28 avril

Cette fois-ci j'ai filmé le nid entre 9h33 et 13h14. Pourquoi cette durée? C'est que les faucons n'étaient pas du tout coopératifs... À plusieurs reprises un faucon est allé au nid puis un faucon en est ressorti mais à aucun moment 2 faucons n'étaient visibles simultanément, C'est le pire des scénarios lorsqu'on cherche à mettre en évidence une occupation quasi-permanente d'un nid! Il y a en effet 2 interprétations possibles qui sont totalement opposées: soit le nid était vide la  plupart du temps avec quelques visites occasionnelles d'un faucon; soit le nid était occupé en permanence et à l'occasion les 2 faucons y étaient présents. Seul le 2ième scénario est compatible avec le début de la couvaison et donc la présence d’œuf(s).  Je considère comme très probable que le 2ième scénario était le bon pour les raisons suivantes:
  • On peut entendre des vocalises lors de l'arrivée d'un faucon à 9h39, ce qui suggère la présence de 2 faucons. Sur la vidéo on semble entendre des vocalises également lors de l'arrivée de 11h38 à travers les bruits du chantier.
  • À 2 reprises le faucon qui est sorti du nid est allé se percher sur la canalisation du pilier nord où je pouvais facilement l'observer. Un des faucons était clairement Polly, facilement reconnaissable à sa patte pendante en vol (je n'ai remarqué cette patte pendante chez le faucon qui s'éloignait qu'après la sortie de 11h38). Quant à l'autre faucon, je suis à 95% certain d'avoir aperçu la bague à la patte gauche caractéristique d'Algo.
  • Si on admet que les 2 faucons ont visité le nid, la surveillance vidéo permet de conclure qu'ils se sont nécessairement croisés au nid, autrement dit que l'on est dans le scénario 2.  
La chronologie est la suivante:
  • À 9h29 un faucon entre au nid; on entend des vocalisations et 6 minutes plus tard un faucon en ressort. Il est allé se percher sur une canalisation plus au sud, qu'il a quittée vers 9h52.
  • À 11h10 un faucon arrive au nid et en repart 1 minute plus tard. Il est allé se percher sur la canalisation juste en face de moi. Il s'agissait très probablement  d'Algo.
  • À 11h38 un faucon arrive au nid, disparait au fond. Polly quitte le nid 2 minutes plus tard. Après un bref passage sur le toit de l'ancienne usine, elle est elle aussi venue se percher sur la canalisation juste en face de moi (le faucon entrant était nécessairement Algo si c'était bien lui lors de l'évènement précédent). 
  • À 13h14 j'arrête la surveillance, ma carte-mémoire pleine et mes batteries épuisées. Polly est alors toujours perchée sur la canalisation (qu'elle quittera 5 minutes plus tard pour aller manger sur une extrémité de pilier). Comme j'ai du changer de batterie à 2 reprises, la surveillance vidéo a été interrompue pendant un total de 5 minutes entre 11h38 et 13h14. Cependant je considère comme très improbable qu'un faucon ait profité de ce trou dans la surveillance pour entrer ou sortir du nid, ne serait-ce que parce que Polly aurait certainement réagi. Cela donnerait donc pour Algo une présence au nid d'au moins 1h30.
Relais au nid du 28 avril

Précédentes observations

Si on admet que le nid est occupé en permanence, on peut se demander depuis quand cela est le cas.  Voici quelques observations des jours précédents qui pourraient apporter un peu de lumière sur cette question.

15 avril: apparemment pas d'occupation permanente

Le 15 avril lorsque j'ai remarqué le nid, il n'était clairement pas encore occupé en permanence. Cependant le grand nombre d'accouplements observés m'avait laissé sur l'impression qu'une ponte était imminente ou qu'elle avait déjà commencé (rappelons qu'en général les faucons ne commencent vraiment à couver qu'après la ponte de l'avant-dernier œuf et que la ponte de 2 œufs est séparée d’environ 48 heures).

18 avril: situation confuse avec possible présence d'un(e) intrus(e)

À 18h47 2 faucons pèlerins étaient à l'extérieur du nid du côté de la rive nord du canal: un sur un poteau près de Muzo, l'autre sur le bloc central sur le pilier nord du canal mais côté Cote-Saint-Paul. Le faucon sur le bloc s'est envolé à 18h54 et a tenté sans succès de rejoindre plusieurs corniches. À un certain moment une mini-poursuite s'est engagée entre 2 faucons (un des faucons était positionné directement derrière l'autre), qui a amené un des faucons à se percher sur un des mats d'éclairage du parc qui jouxte le centre Gadbois, un perchoir inhabituel pour ces faucons:

J'ai perdu de vue les faucons en essayant de m'approcher du parc.

J'ai revu un faucon en vol à 19h02 qui a semblé rejoindre le nid (j'étais alors du côté nord du canal donc mal placé pour pouvoir confirmer que le faucon est bien allé au nid). Un faucon est réapparu à cet endroit 2 minutes plus tard, ce qui pourrait suggérer un relai. Le faucon sortant est allé se percher sur une extrémité de pilier où il s'est entre autre toiletté.

Entre 19h10 et 19h55 j'ai surveillé le nid par caméra mais je n'ai assisté à aucune visite. Par contre, au moment où j'ai décidé d'arrêter la surveillance, un oiseau qui était soit un faucon pèlerin soit un pigeon s'est perché sous le tablier de l'échangeur pas très loin du nid.

22 avril: beaucoup de trafic près du nid

Le 22 avril  à 9h16 je trouve Polly en train de manger sur le toit de l'ancienne usine. Elle se rend au nid à 10h24. Un faucon en sort à 10h27 (cette sortie a coïncidé avec le passage d'un grand oiseau noir - corbeau ou urubu - à basse altitude près du nid; malheureusement si intervention il y a eu, cela s'est passé du mauvais côté de l'Échangeur pour que je puisse la voir).

À 10h45 Polly s'approche à plusieurs reprises de l'entrée du nid mais renonce au dernier moment à s'y poser. Quand finalement elle se rend au nid, on entend des vocalises. 2 minutes plus tard un faucon sort du nid.

À 10h55 je remarque un faucon en vol sous le nid qui s'en va manger sur le toit de l'ancienne usine.

À 11h06, un faucon qui semble de nouveau être Polly s'approche à nouveau du nid sans que je puisse voir s'il y est allé ou non. Un faucon semble aller au nid également à 11h10 et 11h12. À 11h13 un faucon semble avoir quitté le nid.

Je quitte à 11h45 en me promettant de revenir le plus tôt possible pour vérifier si les faucons se relaient au nid. Mais quelques plus tard j'observe à l'Université de Montréal la présence insistante d'un faucon pèlerin intrus (article à venir).  Ce n'est que le 26 avril que j'ai de nouveau l'occasion d'aller observer à l'Échangeur Turcot. Le résultat de cette observation est rapporté plus haut.


Conclusion

L'observation du 26 avril montre un relai très clair entre les 2 faucons pèlerins au nid, avec une présence du mâle au nid d'au moins 45 minutes, et probablement bien plus longue. L'observation du 28 avril est moins claire mais je considère comme très probable que le nid a été occupé pendant les presque 4 heures de ma surveillance. Il en découle qu'Algo et Polly sont très probablement en train de couver.

Comme les faucons n'étaient pas supposés nicher sur la structure de l'Échangeur cette saison en raison des travaux que l'on connait, la question se pose maintenant de savoir si les faucons pourront mener cette nidification à terme à cet endroit. Cette décision sera prise par les spécialistes.













dimanche 16 avril 2017

Échangeur Turcot: 3 faucons pèlerins, 6 accouplements et un nid potentiel

Un 3ième faucon pèlerin a été vigoureusement pris en chasse par Algo sous les encouragements vocaux de Polly à l'Échangeur Turcot hier. Les 2 faucons pèlerins ont par ailleurs passé beaucoup de temps à s'accoupler, ce qui suggère que la ponte est imminente. Or justement les 2 faucons ont visité à plusieurs reprises un endroit sous la structure de l'Échangeur qui pourraient devenir leur nouveau nid.

Un 3ième faucon pèlerin qui n'était pas le bienvenu

La tradition est respectée: comme les années précédentes, un intrus(e) s'est invité(e) sur le site.

À 12h14 un faucon revient à l'Échangeur en provenance de la rue Notre-Dame. Il est suivi immédiatement par un autre. Les 2 faucons semblent voler ensemble et à ce moment là je crois avoir affaire à Algo et Polly (ce qui pourrait d'ailleurs suggérer que l'intrus était une femelle). Mais les choses évoluent. Un premier accrochage, suivi par plusieurs autres, indiquent une intrusion. J'en ai la confirmation formelle lorsque Polly vient se percher sur le toit de l'ancienne usine et se met à vocaliser alors que la poursuite est toujours en cours.

J'ai perdu de vue les protagonistes à 12h19.  Cependant en me rendant sur le pont, j'ai retrouvé l'un d'eux sur l'extrémité Muzo du pilier nord du canal à 12h21. Malheureusement il s'est envolé avant que je puisse le photographier.

À 12h28 Polly s'est envolée du toit et a pris de l'altitude. Je l'ai perdu de vue très haut au-dessus du Centre Gadbois à 12h33. Entre temps un autre faucon s'était posé sur le toit de l'ancienne usine. Celui-ci a disparu pendant que je surveillais Polly aux jumelles. 2 faucons sont revenus à 12h51 en vocalisant fortement. Un accouplement a suivi moins d'une minute après.

Nombreux accouplements

Il y a de nombreux accouplements (6 en 4 heures), surtout  compte tenu que les faucons semblaient absents du site une partie du temps. Les accouplements se sont partagés en 2 vagues, avec un espacement  d'une dizaine de minutes entre chaque accouplement.

Le 1er accouplement a eu lieu à 10h07 sur le toit de l'ancienne usine. 2 autres accouplements ont suivi à 10h17 et 10h32 au même endroit, Polly n'ayant pas bougé. Entre les accouplements Algo tentaient de se poser sur les corniches obstruées mais il semble aussi être allé à l'endroit qui pourrait devenir leur nid (voir plus bas). Polly a quitté le toit de l'ancienne usine à 10h41.

Le 4ième accouplement a eu lieu après le retour des faucons suivant l'intrusion, à 12h52, sur l'extrémité Muzo du pilier nord du canal.  Il a été suivi d'un autre accouplement à 13h18 sur le bloc central du même pilier. Finalement le 6ième accouplement a eu lieu à  13h28 sur le toit de l'ancienne usine. Je peux confirmer qu'Algo a passé l'essentiel du temps entre le 5ième et le 6ième accouplement dans le nid potentiel (voir section suivante).

Nid potentiel

Depuis plusieurs semaines - essentiellement depuis que les corniches ont été obstruées - les faucons visitent régulièrement le dessous du tablier de l'Échangeur, entre 2 piliers. On conçoit facilement que ces endroits puissent être utilisés comme garde-manger mais la largeur des poutres semblait trop petite pour accueillir des œufs sans que ceux-ci ne risquent de tomber. Ce n'est qu'hier que j'ai compris comment ils pourraient nicher à ce type d'endroit.

Le nid potentiel est situé au-dessus de la voie de circulation ouest-est de la rue Saint-Patrick. Les 2 photos ci-dessous y montrent Polly vers 10h30 après une bruyante rencontre avec Algo.  

Polly au nid potentiel



Polly au nid potentiel

Algo y a passé  8 minutes entre les 2 accouplements de 13h18 et 13h28. La vidéo ci-dessous montre son arrivée au nid potentiel puis son départ 8 minutes plus tard.


Aucun relai n'a été observé mais comme les faucons pèlerins commencent à couver généralement seulement à partir du 3ième œuf il n'est pas exclu que l'endroit contienne déjà un œuf. La relative longue présence du mâle pourrait aller dans ce sens. D'un autre côté - comme on le voit d'ailleurs en partie dans la vidéo - Algo a tenté à de multiples reprises de se rendre dans des corniches obstruées. Doit-on en conclure que le premier choix des faucons est de nicher dans une corniche s'ils arrivent à résoudre à temps le problème de l'obstruction et que l'endroit au-dessus de la rue St-Patrick est une sorte de plan B ? Ce scénario supposerait évidemment que la ponte n'avait pas encore commencé hier. Une chose est sure: à en juger par le nombre d'accouplements observés hier et leur fréquence, si la ponte n'avait pas encore commencé, cela ne devrait pas tarder.

À supposer que les faucons pèlerins choisissent cet endroit, se posera la question de savoir s'ils seront autorisés à nicher là. Rappelons que les corniches ont été obstruées dans le but de décourager les faucons de nicher sur la structure de l'Échangeur à cause des travaux qui s'y déroulent et d'utiliser plutôt l'un des nichoirs installés à leur intention. La décision d'intervenir ou non que devront prendre les autorités dépendra sans doute des travaux qui sont prévus à cet endroit dans les prochains mois. Mais en choisissant cet emplacement, les faucons soulèvent aussi une question de sécurité: il faudra en effet évaluer si la structure est suffisamment solide pour soutenir le poids de 2 adultes et de 3 à 4 fauconneaux. La sécurité des automobilistes qui circulent en-dessous sera sans nul doute prioritaire.



  


mardi 11 avril 2017

Passage de rapaces et poursuite des accouplements à l'Université de Montréal

C'est maintenant une certitude: Spirit battra son record de ponte la plus tardive à l'Université de Montréal, si toutefois bien sur elle pond cette année. C'est dans ce contexte de ponte qui ne se produisait pas que je suis allé observer à l'Université de Montréal samedi après-midi 8 avril. Il y avait beaucoup d'actions et j'ai cru pendant un moment que les faucons - et plus particulièrement Spirit - faisaient face à des intrusions d'autre(s) faucon(s) pèlerin(s), ce qui aurait pu expliquer le retard dans la ponte. Cependant une autre visite dimanche matin ne m'a pas permis de confirmer cette impression. Il semble plutôt que l'activité de samedi après-midi s'expliquait par des passages de rapaces qui profitaient des forts vents pour migrer. Mes observations de ce week-end m'ont également permis de constater qu'Éole assurait une présence correcte (sans plus) à l'université et que les accouplements se poursuivaient.

Le couple de faucon pèlerin, 9 avril 2017


Passage de rapaces et possible intrusion de faucon pèlerin

Réapparition des urubus

Au moins 2 urubus sont de retour et planaient autour de l'Université de Montréal mais ils ne semblaient pas déranger les faucons pèlerins.

Urubu à tête rouge, 9 avril 2017

3 faucons pèlerins vers 14h?

Je suis arrivé à 13h30 à l'Université de Montréal le samedi 8 avril. Le premier incident a eu lieu peu après 14h. Ce n'est pas un incident clair, dans la mesure où je n'ai pas vu 3 faucons simultanément ni entendu de cris qui accompagnent souvent (mais pas toujours) une intrusion. Les 2 faucons étaient au nichoir et on entendait une discussion. À 14h08, je vois un faucon en vol qui venait apparemment juste de quitter le nichoir. Mais en levant la tête j'en vois un 2ième au-dessus de moi... Or j'étais persuadé qu'il restait un faucon au nichoir. Comme la caméra du nichoir semblait en panne j'ai décidé de surveiller le nichoir pour tenter d'y vérifier la présence d'un faucon mais j'ai eu le temps de voir un faucon s'éloigner vers Polytechnique (l'intrus a possiblement très vite disparu au-dessus du toit du bâtiment contre lequel j'étais adossé). Et effectivement il y avait bien un faucon au nichoir, ce qui suggère la présence de 3 faucons. Cependant il est apparu par la suite qu'il y avait des passages de rapaces autres que des faucons pèlerins, et même à cause des forts vents, des débris de toute sorte qui volaient. Comme je n'ai vu l'intrus potentiel que très peu de temps, un doute subsiste sur sa nature. Par ailleurs je ne peux pas totalement exclure qu'un faucon soit revenu au nichoir avant que je décide de le surveiller pour y confirmer la présence d'un 3ième faucon. Bref, c'est une scène que j'aurais bien aimé revoir! Si intrusion il y a eu, mon impression est que c'était Spirit qui est intervenue à en juger par la taille du premier faucon que j'ai vu en vol. À part les discussions au nichoir, il n'y a eu aucun cri. 2 faucons étaient rapidement de nouveau présents et il y a eu beaucoup de vols dans les minutes qui ont suivi, incluant en direction de Polytechnique. À 14h23 Éole a apporté une proie au nichoir et un accouplement a suivi 4 minutes plus tard. À nouveau beaucoup de mouvements des faucons par après, dont certains à haute altitude.

Passage d'une buse pattue à 15h43

À 15h43 j'ai réussi à photographier le passage d'un buse pattue. L'oiseau se déplaçait approximativement d'ouest vers l'est, pas très haut et assez rapidement.
Buse pattue
Le faucon qui était perché à l'entrée du nichoir n'a pas réagi même si la buse est pratiquement passé au-dessus de lui. Comme la buse pattue niche dans l'arctique, la seule occasion de l'observer dans la région de Montréal est lorsqu'elle migre. Étonnamment, même si c'est un oiseau relativement difficile à observer à Montréal, c'est la 2ième fois que j'en observe une passer au-dessus de l'université de Montréal. La dernière fois, c'était le 5 novembre 2016.
 
Ce lundi 10 avril, 2 groupes  d'ornithologues qui surveillaient spécifiquement la migration de rapaces près de l'université de Montréal ont signalé le passage de 2 buses pattues (premier rapport eBird; 2ième rapport eBird), ainsi que plusieurs autres espèces de rapace.


Début de cri d'alarme et passage d'un autre oiseau de proie

Ces 2 incidents se sont produits à moins de 8 minutes d'écart et sont donc possiblement liés.
À 16h34 le faucon au nichoir émet brièvement ce qui ressemble à un cri d'alarme alors qu'un faucon pèlerin est en vol entre la tour et le cimetière. Un faucon venant de cette direction rejoint le nichoir moins de 30 secondes plus tard.
2 minutes plus tard un des faucons quitte le nichoir et se perche sur le bâtiment pyramidal.
Quelques instants plus tard je remarque un oiseau de proie assez haut dans le ciel qui suit à peu près la même direction que la buse pattue de tantôt. Le faucon du nichoir s'envole alors dans sa direction. Comme l'intrus est assez haut j'échoue à le relocaliser, mais quelques instants plus tard (16h41) je remarque un oiseau qui descend très rapidement du ciel... Mais cette fois-ci c'est le faucon que j'ai perdu de vue! Je vois ensuite un oiseau s'éloigner vers Polytechnique.
De retour devant mon ordinateur j'ai regardé ce que la caméra avait enregistré à ce moment. Si je suis remonté au bon moment, c'est Spirit qui est intervenue. On la voit qui semble remarquer quelque chose puis après quelques secondes d'hésitation elle s'envole du nichoir.
Une possibilité est que Spirit a pris de l'altitude pour inspecter l'intrus et que c'est elle que j'ai vu redescendre rapidement.  L'autre faucon (présumément Éole) n'a pas quitté le bâtiment pyramidal pendant toute cette action.

Forts tsioups par un faucon perché sur l'antenne de la tour

Le dimanche matin (entre 8h15 et 12h30) était beaucoup plus calme. L'incident le plus notable s'est produit à 10h26 lorsque Spirit est arrivée du cimetière et s'est perchée sur l'antenne de la tour en émettant de forts tsioups. Le faucon qui était alors à l'entrée du nichoir s'est envolé et est allé se percher au milieu de la façade Polytechnique, qu'il a quitté peu après. Les tsioups ont continué pendant plusieurs minutes et Spirit regardait en dessous d'elle. Les cris et l'endroit où Spirit s'est perchée pouvait suggérer une intrusion mais je n'ai remarqué d'anormal. 


Poursuite des accouplements et présence du mâle

J'ai pu observer plusieurs accouplements. À chaque fois le mâle quittait le secteur aussitôt après, souvent en direction de l'École Polytechnique, mais je n'avais pas à attendre très longtemps (45 minutes environ) avant de revoir 2 faucons pèlerins.

Le samedi après-midi j'ai noté un seul accouplement, à 14h27 sur le toit du nichoir. Le mâle a immédiatement quitté le secteur et la femelle l'a imité 10 minutes plus tard. 2 faucons étaient de retour à 15h12.

Le lendemain dimanche, Richard Dupuis a filmé un accouplement  peu avant 7h à droite du nichoir avec la caméra du nichoir.

À 8h32, le mâle apporte une proie à Spirit qui se trouve alors dans le nichoir.

Un autre accouplement a eu lieu à 9h13 sur la tour, un niveau au-dessus du nichoir. Le mâle a immédiatement quitté en direction de l'École Polytechnique. À 10h07, la femelle rejoint le nichoir, commence à vocaliser et quelques secondes après le mâle réapparait de la direction de l'École Polytechnique.

L'accouplement suivant a lieu à 11h au même endroit. Le mâle file vers l'École Polytechnique aussitôt après. À 11h51 la femelle rejoint le nichoir et se met à vocaliser. Un faucon arrive quelques instants plus tard de la direction de l'École Polytechnique. Ce qui ressemble à un tour de passe-passe a alors eu lieu: le faucon arrivant passe à l'avant de la tour - donc devient caché pour moi - et malgré ma vigilance je ne le vois pas réapparaitre. Mais quelques instants plus tard un faucon venant de la direction opposée (i.e, de la direction du cimetière) se pose au nichoir. Le faucon avait plusieurs possibilités de déjouer ma surveillance, par exemple en volant bas ou en faisant une boucle suffisamment grande.


Des retards dans les pontes

Jusqu'à cette année Spirit avait toujours pondu avant le 10 avril lorsqu'elle nichait à l'Université de Montréal (elle a pondu plus tard lorsqu'elle et Roger ont tenté de nicher à l'Oratoire Saint-Joseph en 2012), parfois aussi tôt que le 23 mars. C'est en 2015 qu'elle avait pondu le plus tardivement, dans la nuit du 9 au 10 avril, 3 jours après qu'Éole ait quitté l'Université de Montréal. Cette nidification avait résulté en 3 solides femelles et avait été la dernière nidification réussie puisque comme on le sait, celle de 2016 a échoué. Dans cet article j'évoquais l'hypothèse que les évènements de 2016 étaient liés au comportement d'Éole qui a possiblement attaqué un mâle qui s'intéressait de trop près à Eve, sa seconde femelle. Se pourrait-il que Spirit attende qu'Éole se lasse et l'abandonne au profit d'Eve? En tout cas, si Spirit continue à tarder à pondre, c'est bien ce qui pourrait se passer...

Il est intéressant de noter que l'Université de Montréal n'est pas le seul site au Canada à enregistrer un retard dans la ponte cette année. À Montréal, les faucons pèlerins qui nichent à l'Échangeur Turcot sont également en retard (aucun signe qu'ils avaient commencé à couver lors de ma dernière visite le 7 avril) , quoique la situation de ces faucons est particulière puisqu'ils ne peuvent plus utiliser leur nid de l'an dernier et doivent donc d'abord se trouver un autre endroit. Mais d'autres couples de faucons pèlerins, en Ontario cette fois, sont également en retard (les informations suivantes sont tirés du site BCAW).
  • Etobicoke: le premier œuf a été pondu une semaine plus tard que l'an dernier.
  • Hamilton: comme la caméra ne permet pas de voir les œufs à ce site, il est difficile d'estimer avec précision quand la ponte a commencé. Cependant en 2016 les responsables avaient estimé au 20 mars la ponte du premier œuf (éclosion le 29 avril 2016). En 2017, l'annonce d'un premier œuf probable vient d'être faite seulement ce matin, avec une estimation pour une ponte le 8 ou le 9 avril. Il s'agirait de plus de 2 semaines de retard.
  • Toronto (Sheraton): premier œuf le 26 mars en 2016; le 4 avril en 2017
  • Toronto (Don Mills): les données ne sont pas disponibles pour 2016 mais en 2015 le premier œuf avait été pondu le 24 mars; en 2017,  le 7 avril.
  • Kitchener: premier œuf le 22 mars 2016; aucune nouvelle pour 2017.
Seuls les faucons pèlerins de Mississauga semblent se démarquer en pondant nettement plus tôt que l'an dernier: en 2016 les dates de ponte ne sont pas connues mais les 2 premiers fauconneaux étaient nés le 27 avril. Cette année le premier œuf a été pondu le 9 mars.